Cette montagne que tu vois,
On en viendra à bout mon gars,
Un bulldozer et deux cents bras
Et passera la route.

 

Debout les gars, réveillez-vous,
Il va falloir en mettre un coup.
Debout les gars, réveillez-vous,
On va au bout du monde.

 

Il ne faut pas se dégonfler,
Devant des tonnes de rochers,
On va faire un quatorz’ juillet
À coup de dynamite.

 

Encore un mètre et deux et trois,
En mil neuf cent quatre-vingt-trois,
Tes enfants seront fiers de toi
La route sera belle.

 

Il nous arrive parfois le soir,
Comme un petit goût de cafard,
Mais ce n’est qu’un peu de brouillard
Que le soleil déchire.

 

Les gens nous prenaient pour des fous,
Mais nous on passera partout,
Et nous serons au rendez-vous
De ceux qui nous attendent.

 

Et quand tout sera terminé,
Il faudra bien se séparer,
Mais on n’oubliera jamais, jamais
Ce qu’on a fait ensemble.